Depuis mon plus jeune âge, la biologie m’a toujours attirée. Ce n’est donc pas par hasard que je
m’oriente dès l’âge de 15 ans vers celle-ci avec l’obtention d’un CAP de laborantine, d’un
baccalauréat F7’ (biologie appliquée et biochimie) puis d’un Deug B (science de la nature et de la
terre).
Après un petit séjour de quatre ans chez nos amis Anglo-saxons, me revoici avec la même
philosophie, cependant avec une approche un peu différente, et c’est ainsi que je deviens infirmière
diplômée d’État en 1996.
Parallèlement et paradoxalement, les médecines naturelles m’interpellent de plus en plus; du fait
de la proximité avec le malade et sa maladie peut-être ?
La nécessité de se nourrir de produits sains pour une meilleure santé devient pour moi omniprésente, qui plus
est, parce que je suis déjà sensibilisée par notre vie à la campagne.
C’est avec cette dimension bio naturelle que je commence à m’initier à la fabrication de produits
cosmétiques puis aujourd’hui de savons naturels saponifiés à froid.

On ne devient savonnier qu’en saponifiant!
Je vous laisse donc imaginer tout le temps consacré aux tentatives de formulation, de fabrication, de
négociations et le coût financier.
Mais quel bonheur quand vos proches et vos amis vous félicitent parce qu’ils ont enfin trouvé le
savon adéquat.
Bien sûr, l’idée de devenir savonnière à part entière me plaisait de plus en plus, mais de là à arrêter
mon travail, de l’eau à coulé sous les ponts!

C’est enfin en mars 2010 que la savonnerie voit le jour avec l’aide bien entendu de ma famille et de
mes proches.
-Mon mari Simon, a fait le choix de la gamme pour hommes (entre autres le Romarin & Cèdre et le Rhassoul).
Pour le rasage, notre savon coulé dans une coupelle avec son couvercle est bien sûr son idée.
-Mon fils Gabriel, voulait des savons très colorés, très sucrés avec plein de pépites (ce sont les petits cubes
de savon à l’intérieur).
-Ma fille Thalia, désirait un savon tout rose avec plein de fleurs et surtout des baumes à lèvres !
-Papy Paul, quant à lui a choisi des formes irrégulières d’où le travail sur le dessus du savon et
l’utilisation de son miel, excellent adoucissant.
-Puis mes nièces Pauline et Lolla ont savamment élucidé le nom de la Savonnerie. Il fallait le
mélange harmonieux d’une note latine (le savon existe depuis l’Antiquité) d’une note phonique
agréable (avec l’envie de l’imaginer quand on le prononce) puis d’une fine note de subtilité.
Sapodouce s’accorde ainsi parfaitement et son joli jeu de mots le rend aussi unique que nos savons.
-Enfin pour ma part, le concept de nos savons est le suivant: ils doivent être tous aussi bons pour la
peau qu’ils le sont pour vos yeux! Voilà tout!

Votre Savonnière Pascale Dejean.

Retour