Le savon résulte d’une réaction chimique lente mais totale appelée saponification.
C’est une réaction qui transforme le mélange d’un ester (acide gras) et d’une base forte (soude ou
potasse) en savon et en glycérol (= glycérine) à une certaine température.

Exemple clair :

Huile + Soude + (eau) = Savon + Glycérine



Il existe plusieurs procédés de saponifications d’où plusieurs types de savons.

*La saponification à chaud = savon industriel

Elle appelle plusieurs corps gras (graisse de bœuf, porc, palme, suif) à être chauffés à plus de 100°
pour démarrer la saponification. Des additifs sont généralement ajoutés comme des
anticalcaires (EDTA), des séquestrants, des antioxydants, des parfums, des colorants ... très
souvent polluants. Il faut traiter 15 à 20 t de corps gras par jour pour que l’opération se justifie
économiquement ! La pâte est cuite plusieurs heures et nettoyée à grande eau salée pour
éliminer l’excès de soude, les impuretés des huiles bon marché et bien sûr la glycérine, agent
émollient fondamental pour un bon savon.
Ce savon solidifié est, soit conditionné en cubes, soit en forme de nouilles blanches et inodores
appelées bondillons. Ces bondillons sont ensuite réutilisés par la méthode à froid dans des
savonneries dites « artisanales ». Ils y sont colorés, parfumés, reglycérinés (1 à 3 %), moulés
puis estampillés. Ce sont principalement les savons du commerce bio naturel ou non.

*La saponification à froid = vrai savon artisanal

Cette méthode consiste à travailler à une température avoisinant les 30° afin de ne pas
dénaturer les matières premières choisies pour leur qualité et leurs propriétés. Le mélange lessive
de soude et huile doit être vivement malaxé (fouet ou mixer) pour amorcer la saponification
à défaut d’une température élevée. Ce procédé permet de travailler sur des petites quantités Le
mélange durcit peu à peu et forme le savon et la glycérine (plus de 8 %) qui contrairement aux
procédés industriels est précieusement conservée. Peuvent s’ajouter ensuite les huiles de
surgraissage, parfums, fleurs, épices, graines.

Et c’est bien là que réside tout l’art d’un vrai savonnier, qu’il s’allie ou pas au bio naturel. Ce
savonnier est le maître de son savon, il doit trouver et faire le bon mélange. Chaque corps gras a
ses propriétés et détermine les caractéristiques d’un bon savon (moussant, lavant, doux,
durable). Chaque fleur, essence ou argile est judicieusement utilisée pour trouver le mariage
harmonieux. Suivant son humeur, son énergie, sa patience, chaque savon qu’il fabrique selon la
méthode à froid est et restera unique.

Retour